Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chien du Heaume: la quête d'identité d'une femme dans un Moyen âge sombre.

Publié le par Senior Rôliste

Le monde de la Fantasy fourmille d'oeuvres où se retrouvent souvent, certes sous des plumes différentes, les mêmes ingrédients qui définissent le thème, telles que les oreilles pointues, la magie, les combats épiques, les monstres cauchemardesques et la mise en exergue d'un héros, parfois malgré lui, qui contre toute attente se sort des pires situations. Soyons clairs ici, ce n'est pas un reproche, mais un constat et je ne sous-entends absolument rien de négatif ici. 

Et puis il y a des livres comme Chien du Heaume de Justine Niogret, qui font partie de la fantasy, mais de la fantasy qui, au Moyen âge, relève beaucoup des superstitions, des légendes du terroir, nimbées d'un mystère que l'on ne parvient jamais à approcher d'assez près, et dont on ne saurait dire si elle était sornette, ou savoir interdit.

Le livre s'ouvre sur un prologue violent, où un assassin imbu de lui même s'apprête à décocher religieusement une flèche à une femme, qui semble être nourrice , sur commission d'une jeune fille qui a payé cher le service. Mais il rate son coup, et se retrouve confronté à l'insoupçonnable rage guerrière de sa cible qui le poursuit, le massacre sans autre forme de procès, après lui avoir donné son nom, le dernier qu'il entendra de ses oreilles vivantes.

"Chien du Heaume" est une guerrière qui a hérité de ce patronyme sur les champs de bataille, aux côtés de camarades mercenaires. Dans un pays dont on soupçonne qu'il s'agit de la France, Chien du Heaume est en quête de son vrai nom, de son identité, qu'elle a perdue, oubliée, ou qu'elle n'a jamais vraiment su, on ne sait pas. Elle porte une hache aux traits distinctifs qu'elle manie aussi bien qu'un prolongement naturel de son bras.

Une quête qui la conduira au château du chevalier Sanglier, un guerrier féroce, nostalgique, amoureux de la légende qu'il a construit autour de ce nom de baptême du feu, et qui la prendra sous son aile.

Elle vivra, un temps cloîtré pendant un long hiver, en compagnie d'autres guerriers qui, par un sentiment de fraternité des porteurs de fer, la traitent en égal; alors qu'elle essuie les jets de pierre dans les villages qui moquent la femme qui veut jouer à la guerre.

Au fil de ses recherches pour retrouver son nom, elle parcourt des villages, dont un, où le corps d'un chevalier décrépit, victime du mauvais sort d'une sorcière qu'il la charge d'abattre, en échange d'indices.

Une sorcière dont ne reste que la tombe et une maison en putréfaction, menée en bateau par une populace enragée qui étripe le chevalier laissé sans protection, car le croyant maudit. 

Chien du Heaume procure une ambiance qui déteint de bien des façons par rapport à d'autres livres de Fantasy. S'il fallait donner une référence visuelle, le film Valhalla Rising de Nicolas Winding Refn est à mon sens ce qui se rapproche le mieux de l'atmosphère sombre, silencieuse et brumeuse qui en ressort; avec des scènes de violence crue, brèves et intenses, motivées par une juste colère à laquelle nous donnons notre assentiment.

C'est une France où la menace sourde du christianisme, qui s'étend par le bûcher et la force de l'épée, fragilise le refuge périclitant des murailles du château, dernier abri de la légende personnelle des guerriers chantant leur gloriole passée. L'Eglise tue ceux qui n'ont pas la foi ou refusent d'abandonner leurs anciennes croyances, et ouvre une nouvelle ère où les noms, gagnés sur le champ de bataille, s'effaceront de l'ardoise de l'histoire. 

J'ai été porté par le récit du début à la fin, les dialogues rehaussés d'une touche moyenâgeuse fluidifient l'immersion; mais aussi, beaucoup des personnages rencontrés racontent leur histoire, et l'origine de leurs noms ; c'est aussi la rencontre de figures mystérieuses- était ce rêve ou réalité ? - marquant un tournant dans le choix des destins.

On aborde les personnages dans leur profondeur et parfois dans leur intimité. Les sources de leur méchanceté, leur bêtise , leur sagesse, leur bonté, la source de leur poison également nous apparaissent clairement sans volonté de jugement. 

Chien du Heaume est une histoire riche mais tournée d'une façon qui nous paraîtra simple: point de voyage dans des contrées magiques ou de combats épiques comme je le soulignais au début de cet article, mais un voyage dans l'histoire d'hommes et de femmes, qui deviennent ce qu'ils sont aujourd'hui par leurs faits d'hier, et qui chérissent cette identité forgée de sang et de sueur. 

A la fermeture du livre, des paroles d'Albert Camus que j'affectionne me revinrent "L'homme absurde est celui qui sans le nier ne fait rien pour l'éternel" : Chien du Heaume recherche son vrai nom pour le souvenir que l'on aura d'elle, elle recherche l'éternité, un écho de son existence au delà de sa mort, sa légende, Chien n'étant peut être pas selon elle un nom approprié. Tantôt péjoratif pour ceux qui la voient comme un chien que l'on siffle, tantôt une source d'admiration pour ceux qui la voient comme le nom qui a fait ce qu'elle est aujourd'hui: une farouche guerrière qui est leur égale. Et l'absurdité, qui peut mener à des fins bien fatales, sera également au rendez vous dans ces pages.

Un rôliste trouvera dans cet environnement sombre moult sources d'inspiration pour mener des scénarios dans un cadre de médiéval fantastique ou Dark fantasy.

Tombé par hasard sur ce livre, je découvre avec beaucoup d'enthousiasme une écrivaine qui m'a apporté avec ce livre une expérience très différente de mes lectures de Fantasy, et que je recommande sans réserve!

Et de ce pas je vais me jeter sur la suite Mordre le Bouclier, ce premier livre ayant été englouti en 3 heures, je vous ai fait un retour très à chaud.

Commenter cet article